Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2015

La robe de Hannah (2)

 

Un siècle dans "ma rue": une rue de Berlin qui a connu la 1ère guerre, parly 2, Pasale Dupont, mouvement européen-yvelinesl'inflation, les années 30, la montée du nazisme, la 2nde guerre et les déportations juives, les bombardements, le mur de Berlin qui décide que la rue sera à l'Ouest, la reconstruction... Les souvenirs des habitants ont permis à Pascale Hugues de faire revivre une rue berlinoise du début du XXéme siècle à nos jours, maintenant qu'elle a retrouvé sa tranquillité.

 

Cette histoire est celle d'une des héroïnes, Hannah, racontée dans "la robe de Hannah" par Pascale Hugues, strasbourgeoise vivant à Berlin.

 

"Ma rue"  et son écriture ont été évoquées au forum de la Fnac de Parly 2 devant une assistance nombreuse en présence de Jean-Marie Cavada, Président du Mouvement –européen-France. Il  a replacé ce roman, ou plutôt ce reportage historique, écrit comme un roman (quel nom donné à ce livre hors norme par rapport à nos définitions françaises habituelles des genres littéraires ?) dans une perspective européenne.

 

 Le député européen a évoqué l'œuvre de  Pascale Hugues dans un autre cycle historique, celui que nous vivons aujourd'hui. Un cycle historique difficile pour l'Europe, une difficulté accrue par la mondialisation. L'Union est-elle en péril ? Oui, si on regarde l'actualité et la montée des extrémismes, mais n'est-ce pas aussi l'opportunité de prendre enfin conscience de l'urgence de bâtir un "filet de protection" social, pour reprendre les termes de Jean-Marie Cavada ?

 

Pascale Hugues met 10 ans pour écrire son œuvre, 10 ans pour retrouver des témoins et leurs descendants, dépouiller des archives et surtout écouter, voir sa rue avec un regard différent que celui que nous portons habituellement sur nos rues parcourues à" la va-vite".

 

Pascale Hugues a ressuscité devant nous des témoins qui n'avaient jamais tant parlé de leur vie, de leurs peurs, de leurs drames familiaux, de leurs espoirs, avec aussi, comme l'a dit l'auteure, des "choses drôles", car c'est aussi cela la vie. Sa  rue berlinoise porte une tranche de vie, d'histoire et au-delà, d'Histoire de l'Europe.

 

Viviane Boussier

Les photos ci-dessous sont prises au forum de la Fnac de Parly 2 que nous remercions d'avoir accueilli le mouvement Européen des Yvelines. Sur la 1ére photo, des 'Jeunes Européens, à l'origine de l'idée.

parly-2.JPG

parly-1.JPG

 

 

 

23/01/2015

La robe de Hannah !

 

Ce titre, curieux à première lecture, est celui du roman de Pascale Hugues, lauréate du  "Prix du Livre Européen" qui récompense chaque année un roman et un essai exprimant une vision positive de l’Europe.   robe hannah.jpg

 

Les Jeunes européens - Paris, le Mouvement européen des Yvelines et la Direction de la FNAC souhaitent donner envie de lire et donner envie d’Europe.

 

Aussi nous vous invitons à rencontrer Pascale Hugues qui présentera et dédicacera son roman : "La Robe de Hannah",

le samedi 31 janvier 2015 à 16h à l'auditorium de la FNAC (au niveau zéro du magasin)

Centre Commercial  Parly 2 - 78150 Le Chesnay.

Entrée libre.

 

Cette  rencontre se déroulera en présence de Jean-Marie Cavada, député européen et Président du Mouvement européen France.

 

Pascale Hugues est une journaliste française (elle est actuellement correspondante du Point), installée à Berlin depuis plus de vingt ans. Elle a mené une enquête (recherche d’archives et de témoins) pour reconstituer l’histoire des immeubles et des résidents de sa rue. Elle peut ainsi évoquer tous les temps forts de l’histoire de Berlin, donc de l’Allemagne au XXe siècle, depuis l’arrivée en 1904, date de la percée de cette artère, des familles bourgeoises d’entrepreneurs, de banquiers ou d’avocats. On traverse ensuite l’après Première guerre, le nazisme et les drames qu’il a générés, les destructions suite aux bombardements de la Seconde guerre, la reconstruction de Berlin-ouest...


    

 

 

 

15/01/2015

Dernières actualités européennes

"Nous sommes tous Charlie"

La réponse du Parlement européen aux attentats du 7 Janvier (source Eur'Activ) :

Le Parlement européen salue l'hommage de l'Europe des citoyens à Charlie Hebdo

Le président du Parlement européen, Martin Schulz a entamé la session plénière du Parlement européen réuni à Strasbourg su 13 au 15 Janvier en citant les noms des 17 victimes des attentats en France, dont ceux de la rédaction de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo….

… « Ce sont les noms des 17 victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo, contre les forces de police et contre le supermarché juif de la semaine passée.  Au nom du Parlement européen, j'exprime à leurs familles et à leurs proches nos sincères condoléances » a déclaré Martin Schulz, avant d’appeler les eurodéputés à observer une minute de silence en hommage aux victimes.

Hommage perturbé

Les hommages des différents groupes politiques se sont conclus par des interventions du président de l’UKIP, Nigel Farage qui a appelé à la défense des valeurs «judéo-chrétiennes », ainsi que de Marine Le Pen, la présidente du Front national qui a demandé à l'UE de laisser les Etats membres se défendre.

La prise de parole de l'eurodéputée française a par ailleurs été marquée par l'attitude irrespectueuse du très controversé député européen polonais Janusz Korwin-Mikke, qui a tourné son ordinateur, affichant un message: "Je ne suis pas Charlie, je suis pour la peine de mort"….

Martin Schulz n’a pas souhaité  qu’un débat entier soit consacré à la lutte contre le terrorisme lors de la semaine à Strasbourg.  Seul le dossier du système PNR (Passenger name Record) européen, registre unique qui recense les informations concernant les passagers aériens au sein de l’UE, outil jugé indispensable dans la lutte contre le terrorisme, sera abordé. (voir ce sujet plus loin).

http://www.euractiv.fr/sections/langues-culture/le-parlem... 

La Réponse du Parlement européen au terrorisme

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a exhorté les eurodéputés à accepter la création d'une base de données communautaire rassemblant des informations personnelles sur les passagers des compagnies aériennes (PNR).

L'ancien Premier ministre polonais a invité le Parlement européen à revoir sa position sur le registre unique des données des passagers aériens au sein de l’Union européenne dans le contexte révélé par les attaques djihadistes qui ont fait 17 morts en France.

La France a demandé que ce projet, bloqué par les députés européens pour des raisons de protection de la vie privée, soit traité en priorité par les institutions.

« Nous savons que le Parlement prend son rôle très au sérieux lorsqu'il s'agit de défendre les libertés des citoyens mais je vous demande également de nous aider à protéger la sécurité de ceux qui vous ont élus », a-t-il dit dans l'hémicycle.

Des PNR fragmentés (informations sur les passagers aériens)

« Si nous ne parvenons pas à mettre en place un PNR unique européen, nous allons aboutir à 28 PNR, cela nous mettrait face à un patchwork qui menacerait la vie privée des citoyens sans forcément les protéger efficacement », a-t-il ajouté.

La commission des Libertés civiles du Parlement européen a rejeté en avril 2013 par 30 voix contre 25, principalement celles de la gauche et des libéraux, la proposition de création d'un fichier commun présentée deux ans plus tôt par la Commission européenne.

L'assemblée plénière a toutefois décidé de renvoyer le dossier en commission où il se trouve toujours.

Les États européens et les Etats-Unis, réunis le 11 janvier à Paris après les attentats djihadistes en France, ont évoqué la nécessité de créer un ficher PNR en Europe comme il en existe un aux États-Unis, selon le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Explication et détails sur le site d'Eur'Activ:

http://www.euractiv.fr/sections/societe-de-linformation/d...

Le Parlement européen tiendra un débat en présence de la Commission européenne sur les mesures anti-terroristes européennes, le 28 janvier 2015. Les commissions seront alors peut-être appelées à réfléchir sur "un paquet européen" qui améliorerait les échanges entre états tout en maintenant nos libertés  individuelles dont celles de circulation et d'expression.

Il faudra aussi réfléchir à un "PNR" européen, assorti des garanties nécessaires, un projet que le Parlement a jusqu'ici refusé, mais qui redevient d'actualité.

Le parlement devra aussi se saisir de la question d'internet, principal lieu de recrutement des terroristes, de celle du renforcement d'Europol, en un mot, partager les informations et enfin penser une défense européenne. 

Federica Mogherini, la haute représentante pour la diplomatie commune, a indiqué que le prochain conseil des ministres des Affaires étrangères se saisirait du dossier du terrorisme, lundi 19 janvier

 L'année 2015 est l'année européenne du développement

L’Union européenne (UE) a dédié 2015 à la coopération au développement et à souligner l’importance des politiques de développement international ainsi que le rôle clé joué par l’UE et ses États membres. Ouverte le 9 Janvier en Lettonie, l'année du développement se terminera en Décembre sur le thème des droits de l'Homme.

Voir le site du Parlement européen sur ce sujet d'actualité.

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/2...

La Lettonie occupe la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne depuis le 1er janvier

La Présidence lettone se focalisera sur trois principales priorités : une Europe compétitive, une Europe numérique et une Europe engagée. Elle a présenté son programme le 14 Janvier; sa réalisation exige une collaboration étroite avec le Parlement.

Un petit-déjeuner débat est organisé au sénat le 20 Janvier sur la présidence lettone.

Origine du drapeau letton (voir l'image jointe)       

Mouvement européen yvelines, l'après-charlie

Le grenat rappelle les tissus teints de jus de mûre, revêtus par les guerriers lettons au XIIIéme siècle.

À partir de cette époque, le grenat-blanc-grenat devient le drapeau de la Latvie, une région qui deviendra le foyer national letton. Ce symbole est repris, des siècles plus tard, par les associations étudiantes lettonnes et lors d'un festival de musique à Riga en 1873. Ce drapeau est adopté lors de l'indépendance en 1918. Interdit par les   Soviétiques à partir de 1940 (occupation de la Lettonie), il est autorisé dès 1988  et est officiellement rétabli le 27 février 1990, avec l'indépendance recouvrée (site Wikipédia)